kybun MechanoTherapie

Dans les années 1980, Karl Müller a vécu pendant plusieurs années dans une maison en argile en plein cœur des rizières coréennes. Pendant cette période, il a découvert les propriétés bienfaisantes du sol argileux des rizières. L’écoulement lent de l’eau présente dans les champs rend le sol souple et élastique, créant une surface sur laquelle il est très agréable de marcher et de se tenir debout. K. Müller s’est demandé comment la sensation ressentie dans les rizières pourrait être appliquée au quotidien des gens de nos jours et s’est penché sur la question pendant de nombreuses années. Cet ingénieur de l’EPF a tout d’abord développé une chaussure à semelle arrondie. Cette semelle instable était en totale contradiction avec le principe de base « soutenir, guider, amortir » prôné à l’époque par l’industrie de la chaussure et fut vivement critiquée par cette dernière ainsi que par les scientifiques et le corps médical.

De l’idée de déroulé au concept « walk-on-air »
Grâce à ses nombreux effets positifs sur le corps, la semelle arrondie et instable a pourtant connu un franc succès au niveau international : il s’en est vendu plus de dix millions d’exemplaires en dix ans. Cette semelle a révolutionné les lieux communs de l’industrie de la chaussure et sa technologie a été copiée par plus de 100 entreprises au cours des dix années suivantes.

Karl Müller a découvert de nouvelles méthodes permettant de reproduire au mieux la sensation qu’il a connue dans les rizières pour la marche et la position debout. Il a ainsi pu la faire entrer dans le quotidien actuel des gens et l’améliorer. De nombreuses expériences le lui ont montré – et les études corroborent ce constat : plus la marche et la position debout sont agréables, plus la santé physique du sujet est améliorée. C’est dans cette optique qu’en 2006, il parvint à vendre l’intégralité du groupe MBT à des investisseurs désireux de baser leur future production sur le principe du déroulé. À compter de ce moment, Karl Müller s’est exclusivement concentré sur l’étude et le développement du concept kybun de mouvement souple et élastique. C’est ainsi que furent conçus le kyBounder, les kyBoot et le kyTrainer.

Une impression de sol souple et élastique
La mécanothérapie kybun selon Karl Müller est une science expérimentale qui reconnait ces analogies. Il s’est basé sur cette dernière pour concevoir des produits qui font entrer dans le quotidien de la société civilisée une sensation de contact avec un sol souple et élastique, proche de celle que l’on retrouve dans la nature. Après avoir mené des recherches et tenté de développer ses produits pendant de longues années, K. Müller et son équipe parvinrent enfin à imiter à la perfection la sensation ressentie dans les rizières. Le simple fait de se tenir debout sur le kyBounder, ce tapis rebondissant souple et élastique, et de marcher sur les semelles sur coussin d’air des kyBoot entraîne les pieds, aligne le corps, détend les muscles, ménage les articulations et stimule la circulation des veines.


La qualité avant la quantité

Nous pouvons toujours continuer à marcher autant, mais si la qualité des mouvements n’est pas bonne, notre mobilité deviendra tout de même de plus en plus restreinte et notre démarche sera d’autant plus douloureuse.

Faute d’exercice, on se rouille. Ce n’est certes pas l’ensemble du corps qui se repose, mais certains muscles et groupes musculaires. Et c’est un problème bien plus important que la quantité d’exercice ! Il ne suffit pas du tout de dire : « Je vais souvent marcher, courir ou randonner. » C’est comme si nous disions : « Je mange suffisamment de glucides, de légumes et de viande. » Oui, mais qu’en est-il des vitamines, des minéraux, des substances vitales ?

Il a été démontré qu’une alimentation saine ne se distingue pas par sa quantité, mais par sa qualité et sa richesse en nutriments. Il en va de même pour l’exercice. L’exercice seul n’est pas décisif pour la santé du corps. Il s’agit plus de la qualité de l’exercice, qui procure du bien-être sur le long terme et garantit une bonne santé.

Sans entraînement des petits muscles stabilisateurs profonds, ce sont surtout les couches musculaires extérieures qui travaillent, tandis que les petits muscles stabilisateurs essentiels se relâchent. Tant que vous ne marcherez pas tous les jours pieds nus pendant longtemps sur du sable ou sur un sol souple et élastique ou que vous ne ferez pas d’exercices d’équilibre et d’étirement ciblés, vous aurez de plus en plus de mal à vous déplacer. En effet, les déséquilibres musculaires provoquent immédiatement le « resserrement des fascias » qui diminue l’amplitude de mouvement des articulations, ce qui aura pour conséquence de vous rendre de moins en moins mobile au fur et à mesure que vous vieillirez.

Que sont les fascias et pourquoi jouent-ils un rôle clé dans la mobilité et l’absence de douleurs ?


La démarche douloureuse des personnes âgées n’a pas lieu d’être, et il est plus facile de s’en débarrasser que vous ne pensez !

Grâce à la marche et à la position debout sur un support souple et élastique, il est possible de sortir du cercle vicieux formé par les éléments suivants : manque d’exercice des petits muscles stabilisateurs, déséquilibres musculaires, resserrement des fascias, contractures, blocages, postures de soulagement, sollicitations, arthrose ou encore douleurs en marchant, en position assise et allongée. C’est comme la première gorgée d’eau après avoir été assoiffé pendant des heures.