Spondylarthrite ankylosante

Les premiers symptômes apparaissent généralement à la fin de l'adolescence ou au début de l'âge adulte. Ils se traduisent dans un premier temps par des douleurs diffuses au niveau des lombaires et des fesses. Ils s'accompagnent souvent d'une sensation de raideur au réveil, qui s'atténue une fois que les muscles sont plus chauds ou qui récidive après le repos. En quelques mois, la douleur devient permanente et, dans la plupart des cas, bilatérale.
Une atteinte inflammatoire douloureuse se manifeste ensuite au niveau des insertions des tendons. Elle touche en particulier le tendon d'Achille, l'aponévrose plantaire au niveau de la plante du pied ainsi que les insertions des tendons au niveau de la tête fémorale et du bassin (trochanters, ischions, crêtes iliaques). Par la suite, la colonne vertébrale subit une perte de mobilité en raison de l'ossification des espaces intervertébraux qui résulte de la formation de syndesmophytes.

Le fait de rester debout ou de marcher sur la matière souple et élastique du tapis ou des chaussures kybun préserve les articulations en amortissant les chocs dus à la dureté du sol. Ce bienfait est particulièrement notable chez les personnes atteintes de troubles inflammatoires douloureux. Les exercices associant les chaussures ou le tapis kybun combattent la douleur et vous permettent de retrouver une activité physique et le sourire.

Définition

La spondylarthrite ankylosante ou maladie de Bechterew-Marie-Strümpell est une atteinte inflammatoire qui raidit et déforme la colonne vertébrale. Cette maladie rhumatismale chronique se caractérise par des douleurs et un raidissement des articulations.La spondylarthrite ankylosante fait partie des maladies qui affectent les articulations de la colonne vertébrale (spondylarthropathies), essentiellement dans la région des lombaires, du rachis dorsal et des articulations sacro-iliaques. Elle peut également provoquer une inflammation de l'iris et, plus rarement, d'autres organes.

Les spondylarthropathies, dont l'une des formes les plus fréquentes est la spondylarthrite ankylosante, touchent environ 0,2 à 0,3 % de la population française. Parmi elles, de nombreuses maladies entraînant des symptômes peu agressifs ne sont jamais diagnostiquées. On a longtemps pensé que les hommes étaient trois fois plus touchés que les femmes. Aujourd'hui, on sait que les spondylarthropathies sont aussi fréquentes chez les hommes que chez les femmes. Toutefois, comme l'évolution de la maladie est généralement moins agressive chez la femme, tout du moins sur le plan de l'ossification de la colonne vertébrale, la spondylarthrite ankylosante est plus rarement diagnostiquée chez la femme. Dans la population des nations industrialisées occidentales, les premiers symptômes apparaissent le plus souvent chez les jeunes adultes (20-25 ans), et très rarement au-delà de 40 ans (cinq pour cent des cas).

Causes

Bien que l'origine exacte de la spondylarthrite ankylosante comporte encore une part d'ombre, il semblerait qu'un dérèglement du système immunitaire soit en cause. L'un des facteurs pourrait être un phénomène auto-immun touchant le protéoglycane du cartilage, l'aggrécane, qui assure en partie l'élasticité du cartilage. Des similitudes au niveau des antigènes des protéoglycanes pourraient expliquer la répartition des zones lésées dans l'organisme.

Aujourd'hui, les spécialistes estiment que la spondylarthrite ankylosante est largement liée à une prédisposition génétique, notamment à la présence du gène HLA-B27, qui constitue le marqueur le mieux connu, à côté d'autres facteurs déclenchants génétiques. Les personnes porteuses du gène HLA-B27 présentent ainsi un risque 90 fois supérieur de déclarer une spondylarthrite ankylosante par rapport à la population normale.

Conséquences

La maladie se caractérise par une évolution par poussées qui diffère d'un patient à l'autre. La gymnastique Bechterew permet de prévenir les effets invalidants de la maladie. En règle générale, la spondylarthrite ankylosante évolue plus favorablement chez les femmes, qui présentent plus rarement une sclérose de la colonne vertébrale.

La maladie connaît une évolution variable plus ou moins sévère : Elle peut entraîner une légère raideur comme une ankylose complète de la colonne vertébrale, qui se traduit par une diminution de la mobilité du tronc, une arthrite bilatérale de la hanche, une arthrite des articulations de différents membres et des symptômes extra-articulaires. Chez les patients non traités, l'évolution caractéristique fait apparaître une modification de la posture. La lordose lombaire (exagération de la cambrure lombaire) disparaît au niveau de la colonne vertébrale, les muscles des fesses s'atrophient et la cyphose (exagération de la courbure dorsale) s'accentue au niveau de la colonne vertébrale dorsale.

L'une des principales manifestations de la spondylarthrite ankylosante est une atteinte inflammatoire des enthèses (zones d'insertion des tendons), en particulier au niveau du bassin et de la colonne vertébrale. L'inflammation s'accompagne d'œdème et de lésions au niveau de la moelle osseuse, qui se solidifie. L'atteinte inflammatoire des articulations sacro-iliaques (sacro-iliite) fait également partie des premiers signes de la maladie. Elle concerne aussi bien les enthèses que les capsules articulaires.

La spondylarthrite ankylosante entraîne également un risque d'ostéoporose, d'usure des extrémités des vertèbres et d'inflammation pouvant provoquer la destruction des espaces entre les disques intervertébraux et l'os.

La maladie peut entraîner une grave complication : une fracture de la colonne vertébrale. En raison de leur porosité, les os peuvent se fracturer au moindre petit traumatisme, avec un risque sérieux d'atteinte de la moelle épinière.

L'uvéite, ou inflammation de l'uvée (la partie antérieure de l'œil), est la principale manifestation extra-articulaire de la spondylarthrite ankylosante. Elle ne touche généralement qu'un seul œil et s'accompagne d'une photophobie et d'une hypersécrétion de larmes. Des étoiles grises et vertes apparaissent aussi dans le champ de vision des patients. De nombreux patients présentent également une atteinte inflammatoire du gros intestin et de l'iléon, asymptomatique dans la plupart des cas. Toutefois, dans cinq à dix pour cent des cas, ces états inflammatoires évoluent en maladies inflammatoires chroniques de l'intestin. Plus rares, les autres effets secondaires sont des lésions pulmonaires, une insuffisance aortique et d'autres troubles fonctionnels cardiaques.

L'influence de la spondylarthrite ankylosante sur l'espérance de vie fait débat. Sur la totalité des études publiées, quelques-unes semblent indiquer que la maladie entraînerait une réduction de l'espérance de vie. Dans la plupart des cas, les cas de décès rapportés en relation avec une spondylarthrite ankylosante résultent d'atteintes de la moelle épinière, d'une insuffisance respiratoire, d'une insuffisance aortique ou d'effets secondaires du traitement, tels que des hémorragies de l'appareil digestif supérieur.

Traitement conventionnel

  • Activité physique et kinésithérapie
    Les patients atteints de spondylarthrite ankylosante doivent avoir une activité physique régulière et suivre de manière systématique des séances de kinésithérapie, faire des étirements de type yoga ou Pilates en complément de la gymnastique Bechterew, afin de conserver des articulations mobiles et de prévenir l'apparition d'une hypercyphose. Les patients se plaignent fréquemment des fortes douleurs provoquées par ces exercices. Toutefois, ceux-ci permettent souvent de conserver une mobilité corporelle satisfaisante.
  • Médicaments
  • Chirurgie
    Dans les stades très avancés de la maladie, l'opération a parfois sa place dans les options thérapeutiques ; cette intervention, très lourde et présentant d'importants risques de complication, consiste à « briser » plusieurs sections d'une colonne vertébrale déjà lourdement ankylosée et d'y fixer des plaques métalliques afin de redresser la posture. Bien que l'opération n'ait pas d'effet sur la mobilité de la colonne vertébrale, elle peut en revanche significativement améliorer la qualité de vie du patient en augmentant nettement le champ de vision de ce dernier. Lorsque les articulations de la hanche sont touchées, l'implantation d'une prothèse peut également se révéler bénéfique.
  • Traitements alternatifs
    Régime sans gluten
    Bains de radon (effets analgésiques et anti-inflammatoires)

Le principe d'efficacité selon kybun : être proactif

  • Souple et élastique, la semelle amortit les chocs dus à la dureté du sol, ce qui permet de préserver les articulations. Cet effet est particulièrement apprécié en cas d'articulations douloureuses.
  • Les patients peuvent de nouveau marcher sur de plus longues distances et améliorer leur condition physique. Ils redécouvrent le plaisir de bouger et, en développant leur endurance, leur force et leur mobilité, ils agissent directement sur leurs douleurs.
  • L'action du traitement kybun est particulièrement perceptible au niveau du pied : Grâce à la matière souple et élastique, le pied retrouve toute sa mobilité et peut bouger dans toutes les directions. Ces mouvements permettent de renforcer les muscles profonds du pied et d'améliorer la mobilité des tendons et des articulations. Les douleurs plantaires et du talon d'Achille s'atténuent et vous pouvez de nouveau dérouler légèrement votre pied.
  • La matière souple et élastique vous oblige à vous redresser afin de garder l'équilibre. Grâce à cette verticalisation des hanches et du dos, vous devenez acteur de votre traitement et agissez activement contre l'aggravation de votre mauvaise posture (position cyphosante de la colonne vertébrale).
  • Vous améliorez votre équilibre et réagissez plus rapidement aux événements de votre environnement.
    Par ailleurs, vous ressentez bien les aspérités du sol à travers la semelle souple et élastique des chaussures kybun et développez la sensibilité de vos pieds.

Réactions initiales

Réactions initiales spécifiques en cas de spondylarthrite ankylosante

En fonction du stade de la maladie, les premières utilisations de la chaussure/du tapis kybun peuvent entraîner une aggravation passagère des douleurs de pied, de hanche et de dos. kybun mobilise les tendons et les articulations, ce qui peut se traduire par des sensations désagréables, voire des douleurs en début de traitement. Soyez à l'écoute de votre corps et faites des pauses en cas de douleurs. Pour plus d'informations, veuillez vous reporter à la rubrique « Conseils d'utilisation ».

 

Pour obtenir des informations générales sur les réactions initiales, veuillez cliquer ici : Réactions initiales

Exercices kybun

Pour obtenir des informations sur les exercices spécifiques aux chaussures kybun et les exercices fondamentaux réalisés avec le tapis kybun, veuillez cliquer ici : exercices kybun

Conseils d'utilisation

  • Étant donné que les douleurs de la spondylarthrite ankylosante se manifestent par poussées, l'entraînement avec la chaussure kybun doit toujours être adapté à votre forme du jour. Il est important que l'utilisateur détermine la durée d'entraînement kybun qui lui convient et les moments auxquels il doit faire une pause. Il se peut en effet que certains jours, les chaussures kybun ne puisse être portées qu'un court moment, voire pas du tout, alors que d'autres jours, l'utilisateur pourra les porter sur d'assez longues distances.

    Il peut également arriver que la mobilisation des tendons, des muscles et des articulations ravive les douleurs dans les minutes ou les heures qui suivent votre séance avec les chaussures kybun. Ces douleurs sont toutefois modérées et disparaissent généralement 2 à 3 heures maximum après l'arrêt de l'entraînement. Si les douleurs persistent ou sont trop intenses, réduisez la durée de l'entraînement et respectez scrupuleusement cet impératif si vous êtes atteint d'une maladie inflammatoire ! Avec le temps et une utilisation régulière des chaussures/du tapis kybun, le corps s'habitue progressivement : les articulations et les tissus conjonctifs gagnent en mobilité, tandis que les douleurs et les réactions initiales se manifestent moins vite et moins fréquemment.

    Autres conseils utiles :

  • Si le mouvement de déroulé est trop douloureux pour votre pied, voici quelques conseils pour réduire la pression au niveau de la plante du pied et du talon d'Achille :
    1) Faire de plus petits pas.
    2) Placer une semelle fine et plus rigide dans la chaussure kybun. De la sorte, vous réduirez la souplesse de la semelle kybun et votre pied sera moins mobilisé.
  • Plusieurs raisons peuvent expliquer que l'utilisation des chaussures kybun ou du tapis kybun déclenche de « nouvelles » douleurs ou aggrave des douleurs préexistantes, il peut s'agir par exemple d'une posture inhabituelle, plus verticale, de contractures musculaires, ou de mouvements auxquels le corps n'est pas habitué. Adaptez la durée d'utilisation et, si vous en ressentez le besoin, faites une courte pause dans le traitement kybun.
  • Nous vous recommandons de faire les exercices kybun de temps à autre et de manière régulière afin de détendre vos muscles et de vous redresser. Cela aura également pour effet de soulager vos articulations.
    Sélectionnez les exercices kybun qui vous soulagent ! Chaque patient étant unique, certains privilégieront les exercices doux, tandis que d'autres auront besoin d'un entraînement plus intensif.
  • Sélectionnez un modèle kybun avec un effet trampoline plus faible. Elle offre une meilleure stabilité au niveau de la zone médiane du pied ; demandez à votre distributeur kybun de vous présenter les modèles qui vous intéressent.
  • Si vous vous sentez trop instable dans les chaussures kybun ou si vous cherchez un appareil supplémentaire pour vous entraîner à la maison, le tapis kybun est la solution qu'il vous faut. La matière souple et élastique du tapis vous permet de renforcer les muscles des pieds, des jambes et du dos. Si vous manquez d'assurance, vous pouvez vous tenir à quelque chose de fixe. De plus, vous avez le choix entre plusieurs épaisseurs de tapis : plus il sera épais, plus l'entraînement sera intensif. Demandez conseil à votre distributeur kybun en boutique.
  • Malgré la pratique régulière des exercices kybun, si vous ressentez une grande fatigue ou des douleurs ou si vous avez l'impression que votre pied s'affaisse sur un côté de la semelle kybun, nous vous recommandons d'intégrer une courte pause dans le programme de chaussure/tapis kybun jusqu'à la disparition de ces symptômes.
  • Pendant l'entraînement, veillez à vous tenir aussi droit que possible et si vous le pouvez, essayez de fixer votre regard loin devant vous (et non sur le sol). Lorsque vous marchez avec des chaussures kybun aux pieds, maintenez une posture droite, c'est-à-dire corrigez un éventuel affaissement du pied vers l'intérieur ou l'extérieur !
  • Pour toute autre question ou en cas d'hésitation, veuillez vous adresser à votre distributeur kybun ou contactez-nous directement.

Avis/Témoignages des clients

Au début, j'ai essayé de faire des exercices pendant la matinée. Notamment des exercices de musculation, des étirements ou des mouvements. Puis je me suis dit que je devrais me remettre au footing, car avant j'avais l'habitude d'aller courir. Mais je ne pouvais pas l'intégrer dans mon quotidien car cela me demandait beaucoup de temps. C'est alors que j'ai découvert kybun et que j'ai testé le maintien souple du kyBounder et la marche dans les kyBoot. Cela m'a permis d'intégrer mon entraînement dans mon quotidien, et surtout dans mes activités professionnelles quotidiennes. Aujourd’hui, je n’ai plus besoin d’analgésiques. Je n’ai d’ailleurs plus aucune raison d’en prendre à nouveau. Mon dos s’est rétabli et les douleurs ont disparu. Je peux porter des objets sans problème et je parcours entre 40 000 et 45 000 km par an: je suis conscient que cela n’est pas très bon. Mon métier m’oblige à porter de lourdes charges, mais ce n’est plus un problème du tout.

Expériences/Questions supplémentaires sur la spondylarthrite ankylosante

No FAQ's found.

Vers le haut