Témoignages relatifs à kybun et interviews vidéo

Consultez ici tous les témoignages des clients à propos de nos produits. Vous avez ensuite le choix parmi plusieurs catégories.

(Reset)

kybun Témoignages

Franz Heinzer, Champion du monde et entraîneur junior de ski suisse

Lorsque je reste longtemps debout ou que j’ai de longues journées, je les ai aux pieds. Je fais même de la course en montagne avec mes chaussures kybun. Elles sont adaptées aux activités sportives légères et j’en ai vraiment besoin pour faire du sport.

Franz Heinzer, Champion du monde et entraîneur junior de ski suisse

Stefan Suter de la Suisse

Je pense que les kyBoot conviennent parfaitement à des personnes sportives comme nous.

Stefan Suter de la Suisse

Udo Wiedenhöft de l'Allemagne

J’ai découvert les formidables chaussures kybun après avoir passé des années à chercher de bonnes chaussures. C’est grâce à M. Jürgen Zeller. Je suis très sportif et j’ai été amputé au niveau du genou en 2009. Je dois dire que les chaussures kybun sont un véritable ATOUT pour ma prothèse (Genium).

Udo Wiedenhöft de l'Allemagne

Christoph Kempter l’entreprise SOPAC AG à Saint-Gall

Nous utilisons le même type de matériel pour les entraînements, afin de favoriser la stabilité des muscles. Je dois reconnaître que nous n’avons encore jamais eu de tapis semblable. Les nôtres sont soit trop mous, soit trop durs. Mais je pense que le tapis kybun pourrait vraiment être l’accessoire idéal et que nous pourrions l’utiliser lors de nos entraînements.

Christoph Kempter l’entreprise SOPAC AG à Saint-Gall

Tobias Sturzenegger, Suisse

Il y a six mois environ, j’ai eu une épine calcanéenne. Ma mère m’a d’abord donné des crèmes apaisantes après les matchs, mais ça n’a rien changé. Pour m’amuser, j’ai enfilé les kyBoot de ma mère. J’ai porté ces chaussures pendant un match et après, ça allait tout de suite mieux.

Tobias Sturzenegger, Suisse

Hans-Peter Schmid de Zurich, Suisse

Après avoir couru un semi-marathon l’automne dernier, je souffrais de fortes contractures musculaires et de tendinites. J’éprouvais des douleurs aiguës en marchant. Et grâce aux kyBoot, elles ont presque entièrement disparu. J’avais le plus grand mal à reporter des chaussures normales. J’étais vraiment devenu accro à mes kyBoot. Il faut vraiment les connaître ou les avoir essayées soi-même pour savoir de quoi je parle. Je suis toujours aussi émerveillé de voir à quel point les kyBoot arrivent à compenser et soulager les douleurs de l’appareil locomoteur.

Hans-Peter Schmid de Zurich, Suisse

Jonas Wåhlander, membres du personnel de la grand surface Elgiganten Megastore, à Helsingborg, Suède

Depuis que j’ai commencé à porter des kyBoot il y a deux ans, j’ai beaucoup moins mal aux pieds, je récupère plus vite après avoir fait de l’exercice et je souffre moins de raideur dans le dos. Comme je travaille sept à huit fois par semaine, ces chaussures constituent un excellent complément pour récupérer. Je trouve que ce sont de très bonnes chaussures pour le personnel d’un magasin.

Jonas Wåhlander, membres du personnel de la grand surface Elgiganten Megastore, à Helsingborg, Suède

Toni Geser de la Suisse

Au début, j'ai essayé de faire des exercices pendant la matinée. Notamment des exercices de musculation, des étirements ou des mouvements. Puis je me suis dit que je devrais me remettre au footing, car avant j'avais l'habitude d'aller courir. Mais je ne pouvais pas l'intégrer dans mon quotidien car cela me demandait beaucoup de temps. C'est alors que j'ai découvert kybun et que j'ai testé le maintien souple du kyBounder et la marche dans les kyBoot. Cela m'a permis d'intégrer mon entraînement dans mon quotidien, et surtout dans mes activités professionnelles quotidiennes. Aujourd’hui, je n’ai plus besoin d’analgésiques. Je n’ai d’ailleurs plus aucune raison d’en prendre à nouveau. Mon dos s’est rétabli et les douleurs ont disparu. Je peux porter des objets sans problème et je parcours entre 40 000 et 45 000 km par an: je suis conscient que cela n’est pas très bon. Mon métier m’oblige à porter de lourdes charges, mais ce n’est plus un problème du tout.

Toni Geser de la Suisse

F. T. de Jona, Suisse

J’ai acheté ma première paire de chaussures kyBoot à l’automne dernier, car je ressentais toujours des douleurs à la suite de l’accident (survenu en été 2013). Cette déchirure musculaire multiple du mollet droit semblait tenace. Elle m’a value six mois de physiothérapie, de traitement par ultrasons (pour un hématome de 15 cm entre les fibres), des radios et des IRM. Plus un cycle supplémentaire de physiothérapie avec ondes de choc. De l’acupuncture, des massages francs. À chaque fois, cela allait mieux pendant quelque temps, mais une guérison durable semblait hors d’atteinte. En me levant, je ressentais toujours des douleurs aigües dans le pied droit et les médecins n’en comprenaient pas la raison. Pourquoi des douleurs au pied si c’est le muscle du mollet qui a été touché ? En octobre 2014, j’ai décidé d’essayer la kyBoot. J’ai été très bien accueilli, on m’a donné de très bons conseils et je suis sorti du magasin avec la chaussure en question. Depuis ce moment, je la porte toute la journée. Au bureau comme en déplacement. J’ai même pu faire quelques promenades avec. Malgré les douleurs et contre l’avis de mon médecin traitant, j’ai continué à pratiquer mon sport préféré, la danse de salon (le disco swing, le jive... donc plutôt les genres où ça bouge). À côté de ça, j’ai fait des exercices de musculation, d’étirement, etc. Au printemps, mon médecin m’a encore fixé un rendez-vous à la Etzelklinik et m’a mis en contact avec un médecin du sport pour s’occuper spécialement de mon cas. J’ai obtenu un rendez-vous « relativement vite », pour le 22 janvier 2015. Mais les douleurs ont disparu progressivement, au point que je n’avais plus du tout mal lors du rendez-vous. Mon médecin m’a quand même conseillé d’y aller. Les médecins de la clinique ont été surpris. Des radios, des questions. Comment est-ce possible ? Il n’y a avait plus rien à voir. La seule chose qui mettait les deux spécialistes d’accord, c’est qu’on ne voyait plus rien. L’un des spécialistes se demandait si une semelle minimale ne pourrait pas agir contre ma légère « distorsion interne » (en quoi ?). Le médecin du sport était d’avis que j’avais tout fait comme il fallait. BOUGER ! Il invoqua le travail et le choix des procédés (thérapie unique par ondes de choc et acupuncture) de la dernière physiothérapie. Mais il pensait surtout que le fait d’avoir beaucoup bougé avait joué un rôle primordial pour faire disparaître les douleurs dans le pied. Je peux remercier la kyBoot pour cela. Son conseil : ne rien changer. kyBoot, le sport, la danse, etc. (Il était clairement contre les semelles spéciales !) En fait, les douleurs provenaient d’une position antalgique que j’avais adoptée à l’époque de l’accident puis repris quelque temps après. Sans que je m’en rende compte, le fait de pouvoir tout le temps bouger mon pied librement a permis de briser ce cercle vicieux. Voilà. Il ne me reste qu’une chose à dire : merci infiniment.

F. T. de Jona, Suisse

Roberto Rendo, dentiste de La Spezia, Italie

Je souffre depuis longtemps de lombalgies et de dorsalgies, car de par ma profession, je suis « enchaîné » au fauteuil dentaire pendant plus de huit heures par jour, penché sur les patients que je traite, et avec les muscles de la colonne vertébrale toujours en tension. Le tournant s’est produit à 60 ans, quand un ami médecin rééducateur m’a conseillé d’utiliser les chaussures kyBoot. Pour moi, ça a été la solution à presque tous mes problèmes posturaux. Faire une promenade à pied avec mes nouvelles chaussures kyBoot m’apporte plus de bénéfices qu’une séance chez l’ostéopathe ou une heure de Pilates ! Outre la très agréable sensation de marcher comme sur un nuage, ma posture se rééquilibre instantanément et les maux de dos disparaissent petit à petit. Je suis tellement satisfait que j’ai acheté un modèle pour l’hôpital où je travaille, un modèle pour le cabinet professionnel privé, un modèle printanier plus sportif et un modèle hivernal pour les jours de pluie. Je ne peux plus m’en passer. J’ai en outre voulu faire cadeau d’une paire à mon frère (officier des carabiniers), qui a subi plusieurs opérations de la colonne vertébrale suite à de fâcheuses hernies discales ; il est lui aussi très content et fort satisfait de cette nouvelle approche, après avoir essayé, en vain, nombre de thérapies alternatives. Cela dit, les mots valent peu de choses... Il faut en faire l’expérience pour comprendre le confort, la qualité et les propriétés thérapeutiques ! Il faut les essayer pour y croire ! Merci kybun. Je vous en serai reconnaissant à jamais. Je n’achèterai plus que des chaussures kybun ! 

Roberto Rendo, dentiste de La Spezia, Italie

Margaret d'Angleterre

Je suis une fervente adepte des kyBoots. Agée de 76 ans, je pratique la randonnée et la danse country depuis de nombreuses années. Pendant toutes ces années de pratique, j'ai essayé de nombreuses chaussures. Les kyBoots sont mes préférées : elles sont si confortables que je les porte tout le temps, que ce soit pour jardiner, marcher, danser la zumba, ou simplement faire le ménage chez moi.  Elles sont aussi confortables que des chaussons et suffisamment résistantes pour m'accompagner sur de grandes randonnées. Un de mes amis, qui est kiné, est très impressionné par leurs qualités d'absorption des chocs et leur soutien : ce sont des chaussures idéales pour les articulations fragiles.

Margaret d'Angleterre

René Keusen, directeur logistique adjoint, tribunal cantonal de Zurich, Suisse

J’ai déjà eu deux hernies discales. De surcroit, j’ai des problèmes de genoux. Mes rotules sont séparées, ce qui n’est à vrai dire pas inhabituel. Il y a beaucoup de personnes au monde avec ce problème. Mais ça a été pesant pour moi. Auparavant, j’avais un emploi dans un opéra, et c’était un travail physique. C’est pourquoi j‘étais obligé de donner mon congé afin de suivre une formation ou une réadaptation professionnelle dans mon métier antérieur. Depuis quelques mois, je suis sans douleurs. Ce qui signifie que je fais toujours du fitness. Je renforce ma musculature du ventre et du dos. Au début, j’étais un peu sceptique quant à la kyBoot, car elle ne me plaisait pas. Mais j’ai pensé que si elle me sert à quelque chose, je peux la tester. Maintenant, je ne veux plus m’en séparer. J’ai une démarche et un bien-être totalement différents.

René Keusen, directeur logistique adjoint, tribunal cantonal de Zurich, Suisse

Michael Götte, conseil cantonal SVP, Suisse

C’est une sensation particulière. On se sent très léger, presque aérien. Par Rapport à ma chaussure ordinaire avec laquelle je faisais normalement ce trajet, je n’ai rien à dire. Les gens me regardent bizarrement, mais à part ça, c’est tip top. J’ai déjà couru quelques kilomètres avec la kyBoot, entre autres en montée. C’est vraiment extrêmement confortable.

Michael Götte, conseil cantonal SVP, Suisse

Doris Blum de Berne, Switzerland

Il était un accident de ski. Je faisais du hors piste et, en voulant sauter une bosse, je suis mal retombée, dans un trou. J’ai eu le genou presque complètement déchiré, c’était très grave. Les spécialistes ont longuement hésité avant de m’opérer, ne sachant pas si je pourrais retrouver l’usage de mon genou. Dans mon état, j’ai été très chanceuse de pouvoir porter ces chaussures.

Doris Blum de Berne, Switzerland

Pascal Wieser, directeur de Vögele Reisen AG, Suisse

Je fais beaucoup de sport et ressens bien mon corps. Je remarque lorsqu’il y a une surcharge dans la chaussure. Avec cette chaussure, il y a beaucoup moins de surcharge. J’ai également l’impression que je m’entraîne continuellement, car je ne suis jamais statique. 

Pascal Wieser, directeur de Vögele Reisen AG, Suisse