Témoignages relatifs à kybun et interviews vidéo

Consultez ici tous les témoignages des clients à propos de nos produits. Vous avez ensuite le choix parmi plusieurs catégories.

(Reset)

kybun Témoignages

Christoph Kempter l’entreprise SOPAC AG à Saint-Gall

J’ai remarqué que lorsqu’on travaille assis devant l’ordinateur, on adopte automatiquement une mauvaise posture. La table haute ainsi que le tapis m’aident beaucoup à adopter une bien meilleure posture. Depuis que je possède ce tapis, j’ai vraiment l’impression que mes douleurs dorsales se sont atténuées, alors qu’auparavant mon dos me faisait régulièrement souffrir. Les douleurs ont aujourd’hui disparu. Je suis nettement plus souple et je me sens mieux au travail.

Christoph Kempter l’entreprise SOPAC AG à Saint-Gall

Alexander Tschäppät (dec.), Conseil national suisse

Marcher avec des chaussures kybun demande un temps d’adaptation, mais une fois que l’on est habitué, c’est un vrai plaisir de les avoir aux pieds.

Alexander Tschäppät (dec.), Conseil national suisse

Philipp Scheuble, le président de la commune de Rüthi

La douleur disparaît complètement. Quand je porte ces chaussures tout la journée au bureau, je ne ressens pas de douleur. Elles m'ont vraiment émerveillé. Je n'y aurais pas cru. Cela faisait longtemps que j'avais mal sans arrêt. Je l'ai surtout remarqué le soir au moment d'aller au lit. Depuis que je porte ces chaussures, je n'ai plus du tout mal. Je n'ai pas eu besoin de changer mon style de vie ni de faire plus de sport pour voir une différence. Seulement de porter ces chaussures.

Philipp Scheuble, le président de la commune de Rüthi

Philipp Scheuble, le président de la commune de Rüthi

J'ai le sentiment que mes jambes sont plus apaisées. Ma circulation s'est améliorée, ainsi que ma posture quand je marche. J'ai l'impression que je me tiens plus droit.

Philipp Scheuble, le président de la commune de Rüthi

Philipp Scheuble, le président de la commune de Rüthi

Un médecin m'avait recommandé des semelles orthopédiques. J'ai toujours refuser d'en porter, jusqu'à ce que je me décide à essayer les kyBoot. J'avais de toute manière besoin de nouvelles chaussures pour le travail et j'ai donc saisi cette opportunité. Je suis passé chez kybun à Sennwald et j'en ai acheté une paire.

Philipp Scheuble, le président de la commune de Rüthi

Christoph Kempter l’entreprise SOPAC AG à Saint-Gall

Je dois constamment bouger mon corps. Je suis donc toujours en mouvement et je pense que cela me permet de rester en forme. En fin de compte, la posture du corps s’en trouve améliorée.

Christoph Kempter l’entreprise SOPAC AG à Saint-Gall

Annina Dietsche de Rüthi, Saint-Gall, Suisse

Que ce soit au bureau ou à la maison, la chaussure kybun dotées d’une semelle souple sont idéales pour marcher ou se tenir debout pendant longtemps sur des sols durs. Grâce à elles, je n’ai pas les jambes lourdes et j’adopte une meilleure posture. Je cherche ainsi à prévenir les douleurs aux articulations. « Que ce soit au bureau ou à la maison, les kyBoot dotées d’une semelle souple sont idéales pour marcher ou se tenir debout pendant longtemps sur des sols durs. Grâce à elles, je n’ai pas les jambes lourdes et j’adopte une meilleure posture. Je cherche ainsi à prévenir les douleurs aux articulations. »

Annina Dietsche de Rüthi, Saint-Gall, Suisse

Philipp Scheuble, le président de la commune de Rüthi

Au départ, le prix fait hésiter mais il se vaut ensuite lorsque les douleurs ont disparu. En fin de compte, une visite médicale est presque aussi chère.

Philipp Scheuble, le président de la commune de Rüthi

Birthe Eikmeier, associée gérante de l’entreprise rutec à Syke, Allemagne

Depuis que j’utilise mon tapis kybun, je ne ressens plus les problèmes de dos qui faisaient suite à mon hernie discale. Mes muscles du dos se sont renforcés, et cette position debout « active » a aussi eu des effets positifs sur mes jambes. 

Birthe Eikmeier, associée gérante de l’entreprise rutec à Syke, Allemagne

Haeme Ulrich, intervenant et formateur de la Suisse

Il y a deux raisons à cela. La première, c’est le bien-être et l’autre, c’est tout simplement le mouvement. Moi qui suis plutôt un employé de bureau et qui bouge trop peu, je fais ainsi automatiquement plus de mouvements.

Haeme Ulrich, intervenant et formateur de la Suisse

Ursi Rieder de la Suisse

Je trouve cette sensation très plaisante car j’ai l’habitude de rester souvent debout, je travaille d’ailleurs debout au bureau et j’apprécie de ne pas rester immobile. Pour travailler et de manière générale, cela me fait du bien de pouvoir rester mobile.

Ursi Rieder de la Suisse

Nina Zimmermann de l'Allemagne

J'aimerais beaucoup avoir ce type de chaussures. En tant que physiothérapeute, je fais beaucoup d'allées et venues. Comme je suis souvent debout, elles me seraient très utiles. Ce n'est pas comme si j'étais assise devant un ordinateur toute la journée. Je serais ravie d'en avoir une paire !

Nina Zimmermann de l'Allemagne

Andy Martin, chef de chantier à Sennhof, en Suisse

Je n’aurais jamais pu imaginer qu’il existerait de meilleures chaussures que les MBT. C’est pourtant le cas des kyBoot. En tant que chef de chantier dans la construction de routes, j’ai besoin de chaussures dynamiques qui ont toutefois une apparence décente pour pouvoir les porter lors des réunions. J’ai trouvé exactement le modèle de kyBoot qu’il me faut, et j’en suis très satisfait

Andy Martin, chef de chantier à Sennhof, en Suisse

Thomas Bumann de la Suisse

Je les porte aussi au bureau, où il y a des tables hautes. Depuis que je possède ces chaussures, mon quotidien professionnel a changé. Je suis en effet beaucoup moins assis qu’avant. Je trouve cela fantastique.

Thomas Bumann de la Suisse

F. T. de Jona, Suisse

J’ai acheté ma première paire de chaussures kyBoot à l’automne dernier, car je ressentais toujours des douleurs à la suite de l’accident (survenu en été 2013). Cette déchirure musculaire multiple du mollet droit semblait tenace. Elle m’a value six mois de physiothérapie, de traitement par ultrasons (pour un hématome de 15 cm entre les fibres), des radios et des IRM. Plus un cycle supplémentaire de physiothérapie avec ondes de choc. De l’acupuncture, des massages francs. À chaque fois, cela allait mieux pendant quelque temps, mais une guérison durable semblait hors d’atteinte. En me levant, je ressentais toujours des douleurs aigües dans le pied droit et les médecins n’en comprenaient pas la raison. Pourquoi des douleurs au pied si c’est le muscle du mollet qui a été touché ? En octobre 2014, j’ai décidé d’essayer la kyBoot. J’ai été très bien accueilli, on m’a donné de très bons conseils et je suis sorti du magasin avec la chaussure en question. Depuis ce moment, je la porte toute la journée. Au bureau comme en déplacement. J’ai même pu faire quelques promenades avec. Malgré les douleurs et contre l’avis de mon médecin traitant, j’ai continué à pratiquer mon sport préféré, la danse de salon (le disco swing, le jive... donc plutôt les genres où ça bouge). À côté de ça, j’ai fait des exercices de musculation, d’étirement, etc. Au printemps, mon médecin m’a encore fixé un rendez-vous à la Etzelklinik et m’a mis en contact avec un médecin du sport pour s’occuper spécialement de mon cas. J’ai obtenu un rendez-vous « relativement vite », pour le 22 janvier 2015. Mais les douleurs ont disparu progressivement, au point que je n’avais plus du tout mal lors du rendez-vous. Mon médecin m’a quand même conseillé d’y aller. Les médecins de la clinique ont été surpris. Des radios, des questions. Comment est-ce possible ? Il n’y a avait plus rien à voir. La seule chose qui mettait les deux spécialistes d’accord, c’est qu’on ne voyait plus rien. L’un des spécialistes se demandait si une semelle minimale ne pourrait pas agir contre ma légère « distorsion interne » (en quoi ?). Le médecin du sport était d’avis que j’avais tout fait comme il fallait. BOUGER ! Il invoqua le travail et le choix des procédés (thérapie unique par ondes de choc et acupuncture) de la dernière physiothérapie. Mais il pensait surtout que le fait d’avoir beaucoup bougé avait joué un rôle primordial pour faire disparaître les douleurs dans le pied. Je peux remercier la kyBoot pour cela. Son conseil : ne rien changer. kyBoot, le sport, la danse, etc. (Il était clairement contre les semelles spéciales !) En fait, les douleurs provenaient d’une position antalgique que j’avais adoptée à l’époque de l’accident puis repris quelque temps après. Sans que je m’en rende compte, le fait de pouvoir tout le temps bouger mon pied librement a permis de briser ce cercle vicieux. Voilà. Il ne me reste qu’une chose à dire : merci infiniment.

F. T. de Jona, Suisse

Pascal Wieser, directeur de Vögele Reisen AG, Suisse

J’ai remarqué la chaussure lors d’une manifestation où j’ai pu essayer une paire de kyBoot. Après avoir marché durant deux heures, j’étais certain que j’en avais besoin pour la prochaine foire. Être toujours en mouvement et avoir une posture bien droite, ce sont les aspects qui m’ont convaincu. Plus de maux de dos, telles étaient les répercussions pour moi. Comme employé de bureau, j’avais toujours des douleurs après un à deux jours. Depuis que je porte cette chaussure, fini les douleurs. 

Pascal Wieser, directeur de Vögele Reisen AG, Suisse

Rene Leuppi, agent d’assurance diplômé, Suisse

Incroyable. Je suis très surpris, et actuellement presque dépendant de ce produit.

Rene Leuppi, agent d’assurance diplômé, Suisse

René Keusen, directeur logistique adjoint, tribunal cantonal de Zurich, Suisse

L’avantage se sent sûrement lorsqu’on est longtemps debout, ou pour des personnes employées dans la vente. Là, les maux de dos n’existent plus. Ça se passe toujours ainsi.

René Keusen, directeur logistique adjoint, tribunal cantonal de Zurich, Suisse

René Keusen, directeur logistique adjoint, tribunal cantonal de Zurich, Suisse

J’ai déjà eu deux hernies discales. De surcroit, j’ai des problèmes de genoux. Mes rotules sont séparées, ce qui n’est à vrai dire pas inhabituel. Il y a beaucoup de personnes au monde avec ce problème. Mais ça a été pesant pour moi. Auparavant, j’avais un emploi dans un opéra, et c’était un travail physique. C’est pourquoi j‘étais obligé de donner mon congé afin de suivre une formation ou une réadaptation professionnelle dans mon métier antérieur. Depuis quelques mois, je suis sans douleurs. Ce qui signifie que je fais toujours du fitness. Je renforce ma musculature du ventre et du dos. Au début, j’étais un peu sceptique quant à la kyBoot, car elle ne me plaisait pas. Mais j’ai pensé que si elle me sert à quelque chose, je peux la tester. Maintenant, je ne veux plus m’en séparer. J’ai une démarche et un bien-être totalement différents.

René Keusen, directeur logistique adjoint, tribunal cantonal de Zurich, Suisse

Pascal Wieser, directeur de Vögele Reisen AG, Suisse

Lors d’une foire commerciale, je dois parcourir les longues allées ou être debout. Je me suis souvent dit qu’il est très important que ce soit confortable. Elle présente plutôt bien. Depuis la première génération, la kyBoot n’a cessé d’évoluer. C’est très important que je me sente bien et reste en bonne santé.

Pascal Wieser, directeur de Vögele Reisen AG, Suisse

Peter Rahm, Hallau, Suisse

Pour s'y habituer, il ne lui a fallu, à sa grande surprise, que trois jours. Au début, il ressentait un peu plus de fatigue dans les jambes et les hanches. Puis c'était super. Rien ne m'a manqué. Je me sens décontracté et j'ai un bon sentiment. Et je sais que je renforce la musculature du dos, et peut-être autre chose. Je le recommande à tous. Voir la vidéo

Peter Rahm, Hallau, Suisse

René Keusen, directeur logistique adjoint, tribunal cantonal de Zurich, Suisse

J’ai eu quelques courbatures, surtout au niveau des tibias. Des courbatures durant 5-6 jours, puis plus rien. La marche était encore un peu hésitante, mais elle s’est rapidement améliorée.

René Keusen, directeur logistique adjoint, tribunal cantonal de Zurich, Suisse

Andreas Lange, chef Medialog, Zezikon, Suisse

Je porte vraiment la kyBoot par conviction: Je le reconnais J'aime la sensation que l'on a en la portant. Je suis beaucoup debout, entre autres pour des présentations ou pour traiter des affaires. J'ai une place de travail debout et je ne travaille plus en position assise. Je dois dire qu'elle est vraiment optimale.  Voir la vidéo

Andreas Lange, chef Medialog, Zezikon, Suisse

Simon Netzle, porte-parole à la Banque cantonale de St-Gall, St-Gall, Suisse

"La banque cantonale de St-Galle accorde une très grande importance à la gestion de la santé. Un personnel en bonne santé a l'avantage non seulement de se sentir plus à l'aise et en meilleure forme, mais aussi d'être plus motivé et plus performant. L'ergonomie des postes de travail est un élément très important de la protection de la santé à la Banque cantonale de St-Gall. Nous l'avons réalisée avec le kyBounder." 

Simon Netzle, porte-parole à la Banque cantonale de St-Gall, St-Gall, Suisse

Rene Leuppi, agent d’assurance diplômé, Suisse

De temps en temps, je porte un complet cravate, et c’est important d’avoir une chaussure qui se marie bien avec cette tenue. La chaussure que je porte remplit cette exigence. Je porte cette chaussure au travail, durant mes loisirs et sur l’eau. Même en Thaïlande, je porte la kyBoot.

Rene Leuppi, agent d’assurance diplômé, Suisse

Pascal Wieser, directeur de Vögele Reisen AG, Suisse

C’était un essai. Je me sentais toujours bien après avoir porté ces chaussures durant deux heures. J’ai attendu 9 mois avant de m’acheter finalement cette chaussure. Ensuite, j’ai passé quatre jours à une foire de vacances. J’ai dû être debout durant deux jours et n’ai pas eu de maux de dos. Maintenant, je suis fan et convaincu de la kyBoot.

Pascal Wieser, directeur de Vögele Reisen AG, Suisse

Pascal Wieser, directeur de Vögele Reisen AG, Suisse

Au début, j’ai explicitement rendu mes collègues de travail attentives à ma nouvelle chaussure sexy. C’était important pour moi qu’elles sachent que je ne privilégie pas l’esthétique. Maintenant, on plaisante. Depuis, un grand nombre a acheté la chaussure. La qualité l’a remporté. Les nouveaux modèles que j’ai vus sont visuellement de mieux en mieux. La chaussure noire est discrète. J’aimerais aussi acheter une chaussure pour le walking. Pour marcher sur le plat, j’en aimerais aussi une à l’avenir.

Pascal Wieser, directeur de Vögele Reisen AG, Suisse