Témoignages relatifs à kybun et interviews vidéo

Consultez ici tous les témoignages des clients à propos de nos produits. Vous avez ensuite le choix parmi plusieurs catégories.

(Reset)

kybun Témoignages

Kathrin Müller-Hänny de Lenzburg, Suisse

La découverte des chaussures kybun a changé ma vie. Depuis ma naissance, je souffre d’un pied plat/étalé. Puisque que nous ne trouvions pas de chaussures adaptées à mon problème dans le commerce, mes parents faisaient faire de coûteuses chaussures sur mesure. Je n’en garde pas de bons souvenirs. Lorsque j’étais à l’école primaire, ma mère m’emmenait deux fois par an à Zurich dans un magasin spécialisé. Je me souviens des heures angoissantes passées dans cette boutique « surchauffée » et je revois cette vendeuse dévouée m’apporter une multitude de chaussures – sans grand succès. Le plus souvent, les randonnées en famille, les voyages scolaires et les vacances au ski étaient une vraie torture pour moi. En mai 2014, j’ai découvert les chaussures kybun, ce fut l’évènement de l’année ! Depuis, je peux marcher des heures sans ressentir de douleurs. Je marche sur des sols durs, p. ex. quand je vais faire mes courses en ville. Je ne me fatigue plus et mes pieds ne souffrent plus. Avant, presque chaque pas se répercutait violemment sur ma hanche qui n’était déjà plus très en forme. Aujourd’hui, mes hanches et mon dos se portent très bien. Dans mon logement, dont le sol est recouvert de carreaux en céramique, je porte avec bonheur des sandales kybun. Je passe des journées entières au musée Technorama et au zoo en compagnie de mes petits-enfants. Je fais la queue et reste des heures aux fourneaux. Désormais, je reste volontiers debout et je suis heureuse. C’est un plaisir de marcher en se tenant droite.

Kathrin Müller-Hänny de Lenzburg, Suisse

Herman Kreples, automobile machanic, Rishon Lezion, Israël

Ces chaussures conviennent parfaitement pour mon problème: j'ai des pieds plats graves selon les médecins. Rien ne m'aidait. Puis j'ai trouvé les chaussures de kybun. À la clinique, je dois beaucoup bouger, rester assis, debout... Je ne peux pas les enlever. Je les porte toujours au travail, pour marcher. Même pendant mes voyages à l'étranger. J'apprécie ces journées sans douleurs aux jambes, et je suis très heureux.

Herman Kreples, automobile machanic, Rishon Lezion, Israël