Retour au bien-être physique avec kybun

Au travail, à la maison ou pendant les loisirs : les blessures peuvent survenir partout. Malheureusement, les mesures préventives ne permettent pas toujours de les éviter.

Dans ces cas-là, une régénération efficace est indispensable. Il faut alors soigner les blessures à l'aide des appareils et des procédés appropriés. Outre la forme de réhabilitation, le temps joue également un rôle important. Toute forme de thérapie doit être effectuée aussi souvent et aussi rapidement que possible pour être vite complètement rétabli.

La chaussure kyBoot et le tapis kyBounder permettent d'allier ces deux facteurs à la perfection. Le sol souple et élastique multiplie les effets de chaque exercice de réhabilitation pour obtenir des résultats rapides et efficaces. Cela tient à la structure du matériau : le polyuréthane présent dans la chaussure kyBoot et le tapis kyBounder amortit constamment la pression exercée par le poids du corps. Les pieds et le reste du corps sont ainsi en mouvement permanent, ce qui entraîne la musculature profonde et soulage les contractures.

Les médecins sont également convaincus des bienfaits des produits kybun.
Erika Wissmann, du cabinet de méthodes de thérapie globale, nous explique :
« Il y a huit ans, je me suis cassé trois vertèbres dans un accident. Je souffre depuis lors de troubles neurologiques. Lorsque je porte des chaussures normales, j'ai mal à la colonne dorsale et je souffre de contractures dans la nuque. De plus, j'ai une légère tendance à l'hallux valgus. Grâce à la kyBoot, je n'ai aucun mal à marcher. C'est tout simplement phénoménal. Elle est très agréable à porter et je ne sens presque plus l'hallux valgus. »

Le cabinet de chirurgie du pied compte également des adeptes d'une utilisation thérapeutique de la kyBoot et du kyBounder.

« De par ses propriétés amortissantes exceptionnelles, la kyBoot accompagne au quotidien les patients souffrant d'arthrose dans les jambes pour un confort permanent. La kyBoot nous permet de réduire la dose d'analgésiques de nos patients. Cette chaussure constitue ainsi un outil important en thérapie », se réjouit Dr med. Markus Müller, médecin spécialisé en chirurgie orthopédique (FMH)

Quelques anecdotes de clients

Roland Diewald de l' Allemagne

Roland Diewald de l' Allemagne

Les chaussures sont très importantes, c’est une partie très importante de la prothèse. Comme je le disais, je n’ai jamais trouvé les chaussures qui me convenaient de toute ma vie avec la prothèse. Les kyBoot sont tout simplement les meilleures chaussures pour moi. J’ai découvert la kyBoot parce que j’ai pris le bus à une autre station. Derrière la station se trouvait le magasin kyBoot, qui avait une présentation attrayante diffusant une vidéo. Le lendemain, je suis allé au magasin et j’ai demandé si elles étaient aussi destinées aux porteurs de prothèse. Monsieur Meier m’a renseigné et a été très compétent et aimable. Il m’a dit qu’il n’avait pas d’expérience avec les porteurs de prothèse et m’a proposé d’essayer les chaussures une journée si je le souhaitais. J’en ai donc profité et depuis ce jour, je suis ravi de ces chaussures.

F. T. de Jona, Suisse

F. T. de Jona, Suisse

J’ai acheté ma première paire de chaussures kyBoot à l’automne dernier, car je ressentais toujours des douleurs à la suite de l’accident (survenu en été 2013). Cette déchirure musculaire multiple du mollet droit semblait tenace. Elle m’a value six mois de physiothérapie, de traitement par ultrasons (pour un hématome de 15 cm entre les fibres), des radios et des IRM. Plus un cycle supplémentaire de physiothérapie avec ondes de choc. De l’acupuncture, des massages francs. À chaque fois, cela allait mieux pendant quelque temps, mais une guérison durable semblait hors d’atteinte. En me levant, je ressentais toujours des douleurs aigües dans le pied droit et les médecins n’en comprenaient pas la raison. Pourquoi des douleurs au pied si c’est le muscle du mollet qui a été touché ? En octobre 2014, j’ai décidé d’essayer la kyBoot. J’ai été très bien accueilli, on m’a donné de très bons conseils et je suis sorti du magasin avec la chaussure en question. Depuis ce moment, je la porte toute la journée. Au bureau comme en déplacement. J’ai même pu faire quelques promenades avec. Malgré les douleurs et contre l’avis de mon médecin traitant, j’ai continué à pratiquer mon sport préféré, la danse de salon (le disco swing, le jive... donc plutôt les genres où ça bouge). À côté de ça, j’ai fait des exercices de musculation, d’étirement, etc. Au printemps, mon médecin m’a encore fixé un rendez-vous à la Etzelklinik et m’a mis en contact avec un médecin du sport pour s’occuper spécialement de mon cas. J’ai obtenu un rendez-vous « relativement vite », pour le 22 janvier 2015. Mais les douleurs ont disparu progressivement, au point que je n’avais plus du tout mal lors du rendez-vous. Mon médecin m’a quand même conseillé d’y aller. Les médecins de la clinique ont été surpris. Des radios, des questions. Comment est-ce possible ? Il n’y a avait plus rien à voir. La seule chose qui mettait les deux spécialistes d’accord, c’est qu’on ne voyait plus rien. L’un des spécialistes se demandait si une semelle minimale ne pourrait pas agir contre ma légère « distorsion interne » (en quoi ?). Le médecin du sport était d’avis que j’avais tout fait comme il fallait. BOUGER ! Il invoqua le travail et le choix des procédés (thérapie unique par ondes de choc et acupuncture) de la dernière physiothérapie. Mais il pensait surtout que le fait d’avoir beaucoup bougé avait joué un rôle primordial pour faire disparaître les douleurs dans le pied. Je peux remercier la kyBoot pour cela. Son conseil : ne rien changer. kyBoot, le sport, la danse, etc. (Il était clairement contre les semelles spéciales !) En fait, les douleurs provenaient d’une position antalgique que j’avais adoptée à l’époque de l’accident puis repris quelque temps après. Sans que je m’en rende compte, le fait de pouvoir tout le temps bouger mon pied librement a permis de briser ce cercle vicieux. Voilà. Il ne me reste qu’une chose à dire : merci infiniment.

Patrick Odermatt, chef d’atelier de MP Garage à Au, Suisse

Patrick Odermatt, chef d’atelier de MP Garage à Au, Suisse

Le pneu de la voiture, c’est la chaussure chez l’homme. Ce sont les seuls à toucher le sol. Pour les pneus, l’importance est moindre. Les articulations de la voiture peuvent être remplacées. Chez l’homme, c’est également possible, mais problématique. D’où l’importance de porter de bonnes chaussures souples. J’ai aussi dû en faire l’expérience moi-même.