Définition

La maladie de Parkinson (également appelée maladie de Parkinson idiopathique (MPI) et connue sous l’ancienne dénomination « paralysie agitante ») se caractérise par une dégénérescence progressive des cellules nerveuses. En tant que maladie neurodégénérative incurable, elle est la plus célèbre des affections dégénératives du système moteur extrapyramidal. Parkinson est une malade idiopathique, c’est-à-dire sans cause génétique ou extérieure connue. Si une cause extérieure peut être déterminée, on parle alors de syndrome parkinsonien symptomatique ou secondaire. En présence d’un tableau clinique neurodégénératif avec un autre type de dégénérescence et parfois également d’autres symptômes, on parle de syndromes parkinsoniens atypiques.

Causes

  • Manque de dopamine
    La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative du système moteur extrapyramidal ou des ganglions de la base. Elle entraîne la dégénérescence des cellules nerveuses qui produisent la dopamine. Les premiers symptômes apparaissent seulement après la perte de 55 à 60 % de ces cellules dopaminergiques. Le manque de dopamine cause de deux façons un déséquilibre de la fonction des ganglions de la base. Le glutamate, une substance sémiochimique, est légèrement en excès du fait de ce déséquilibre. Cela empêche l’activation moteur du cortex par le thalamus, ce qui entraîne l’apparition des symptômes suivants : rigidité, tremblements, hypokinésie et ralentissement des fonctions mentales (bradyphrénie).
  • Causes extérieures
    On estime que les déclencheurs extérieurs de la maladie de Parkinson pourraient être des substances nocives, appelées neurotoxines, qui endommagent la substantia nigra. Les patients entrent en général en contact avec ces substances sur leur lieu de travail ou dans leur environnement. Des études menées au Canada ont établi un lien entre l’utilisation d’importantes quantités de paraquat et un nombre bien supérieur à la moyenne de cas de Parkinson dans la région étudiée. L’insecticide roténone est un autre pesticide considéré comme un déclencheur de Parkinson. En France, la maladie de Parkinson est reconnue depuis 2012 comme une maladie professionnelle pour les agriculteurs ayant été en contact avec des pesticides pendant au moins dix ans. Les autres causes avancées sont l’hérédité (prédisposition génétique), les traumatismes crâniens (notamment chez les boxeurs), les infections et un séjour prolongé dans des pièces présentant des moisissures.

Conséquences à long terme

L’avancée de la maladie de Parkinson est difficilement prévisible. En règle générale, Parkinson progresse lentement – son avancée et les déficiences en découlant varient énormément d’une personne à l’autre. Certains patients ne sont presque pas handicapés par la maladie pendant de longues années. D’autres, en revanche, doivent lutter dès le début contre des douleurs et ont besoin de soins. La maladie de Parkinson est à ce jour incurable et aucun traitement ne peut ralentir sa progression. Néanmoins, une thérapie personnalisée peut permettre de déjouer les pronostics. Plus la maladie de Parkinson est avancée, plus le risque de complication est élevé. Parmi ces complications figurent les infections des voies respiratoires, par exemple une pneumonie, les lourdes chutes ou encore les difficultés de déglutition. Ces complications peuvent parfois s’avérer mortelles.

Traitement conventionnel

Il n’existe aujourd’hui pas encore de traitement causal de la maladie de Parkinson permettant d’empêcher ou du moins de ralentir la dégénérescence progressive des cellules nerveuses. C’est pourquoi les personnes atteintes de cette affection doivent se contenter d’un traitement des symptômes qui permet de plus en plus aux patients de mener une vie presque normale au moins dans les premières années (voire parfois décennies) de la maladie.

Le traitement médicamenteux occupe la place la plus importante. Dans le même temps, il est également crucial que les personnes souffrant de Parkinson maintiennent leurs capacités corporelles et entraînent leur système cardio-vasculaire. C’est pourquoi tous les patients suivent aussi une physiothérapie et une ergothérapie.
Les produits kybun peuvent être utilisés pour augmenter les effets positifs de ces thérapies.

En outre, environ 50 % des patients ont aussi recours à des méthodes de traitement alternatives comme la méditation ou le yoga et l’acupuncture.

Le principe d’efficacité selon kybun : être proactif

La chaussure kybun présente une semelle souple et rebondissante. Celle-ci booste la coordination et la force des pieds et de l’ensemble du corps. En outre, la semelle permet de sentir les aspérités du sol, ce qui procure une sensation d’assurance lors de la marche et stimule la sensibilité des pieds. Cela encourage et entraîne activement la sensorimotricité et la proprioception du patient. Les symptômes comme les vertiges, les troubles de la marche, de la coordination et de l’équilibre peuvent être très bien traités par la chaussure kybun. Sur le long terme, les symptômes de la maladie de Parkinson peuvent être combattus et les personnes concernées peuvent conserver leur mobilité et leur qualité de vie.

Réactions initiales

Pour consulter les principales réactions initiales observées chez les nouveaux utilisateurs du tapis et des chaussures kybun, veuillez cliquer ici : Réactions initiales

Jusqu’ici aucune réaction initiale spécifique n’a été remarquée chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Exercices kybun

Pour obtenir des informations sur les exercices spécifiques aux chaussures et les exercices fondamentaux réalisés avec le tapis kybun, veuillez cliquer ici : exercices kybun

Conseils d’utilisation

Accordez-vous suffisamment de temps au début pour que le corps puisse s'habituer à la nouvelle sensation de marcher et de se tenir debout.

Écoutez votre corps, comment vous sentez-vous? La chaussure ou le tapis est-il bon pour vous? Les symptômes changent-ils?

S'il y a beaucoup d'incertitude dans la chaussure kybun, nous recommandons d'abord le tapis kybun. Ici, vous pouvez vous concentrer sur la bonne posture sur place et vous accrocher à un objet solide si nécessaire.

Essayez d'intégrer la chaussure / le tapis dans la vie quotidienne. Plus vous vous entraînez avec, plus vite vous remarquerez des progrès dans votre corps.

Avis/Témoignages des clients

Avec elles, j’ai retrouvé ma joie de vivre. Le monde est plus beau lorsqu’on les porte.
Je sens que cela me fait du bien de rester en mouvement en permanence. On ne ressent plus de raideurs, et j’ai l’impression qu’elles disparaissent peu à peu. Je pense que porter ces chaussures dans la journée est bénéfique pour moi.
La marche est très agréable. Mes genoux me font moins souffrir, les chocs sont amortis, et je ne me séparerais des kyBoot pour rien au monde.
À l’origine, nous voulions faire un essai, sans avoir aucune preuve scientifique que ce serait un succès. Nous avons été surpris des effets produits sur les troubles neurologiques moteurs, qui incluent la sclérose en plaques et Parkinson. Nous avons aussi des patients souffrant de paralysie, notamment après une attaque cérébrale. Nous les avons fait marcher sur le kyBounder souple et élastique. Nous avons constaté une amélioration de la situation sur le plan clinique. Par exemple, les patients atteints de Parkinson ont soudainement moins eu besoin de leurs médicaments, voire plus du tout. En outre, les tremblements ont eux aussi disparu. Des améliorations ont également pu être observées chez les patients souffrant de la sclérose en plaques, mais elles étaient plus notables chez ceux atteints par la maladie de Parkinson. La mobilité des personnes paralysées a elle aussi été renforcée. Nous ne savons pas comment ces améliorations se sont produites, cela reste un mystère. Nous supposons que la proprioception issue de la stimulation des membres inférieurs stimule le tissu cérébral et provoque soudainement certaines interactions qui avaient disparues jusqu’alors. Ceci est un symptôme typique de la maladie de Parkinson. Nous continuons d’explorer cette méthode afin d’en confirmer les effets chez plusieurs patients atteints de Parkinson. Nous avons été surpris par les résultats observés, et surtout ravis de voir que les patients souffrant de ces maladies peuvent aussi en bénéficier.
Grâce à ces chaussures, je peux à nouveau sauter. Dévaler les escaliers, enfin, ne plus les descendre un par un.