Karl Müller, entrepreneur et inventeur de kybun

Histoire
Karl Müller est né en 1952 à Roggwil (TG, Suisse). Il se rend en Corée du Sud en 1979, à l’issue de ses études dans le domaine du génie mécanique à l’EPF de Zurich. Une bourse d’étude lui permet tout d’abord d’étudier à l’université nationale de Séoul. Sept mois après le début de l’année universitaire, le président coréen Park Chung-hee est assassiné et toutes les universités se voient forcées de fermer leurs portes pendant de longs mois en raison des nombreuses manifestations.

Naissance des talents d’entrepreneur
Ces incidents de l’année 1980 en Corée n’ont laissé d’autre choix à K. Müller que de rechercher une autre activité. Il découvre un marché de niche et fonde sa première entreprise d’importation de spécialités suisses destinées aux hôtels. Au cours des années suivantes, il met sur pieds 12 entreprises en Corée. Il ouvre des restaurants, vend des machines pour le secteur du textile et est le premier commerçant à importer des skis en Corée. Tous les domaines dans lesquels il s’investit se transforment en mines d’or.

Des hauts, mais aussi des bas
Karl Müller paie son succès à prix fort, puisqu’il tombe d’épuisement professionnel. Pour se refaire une santé, il vend toutes ses entreprises en 1990 et fait ses valises pour retourner en Suisse, près du lac de Constance. Il achète un corps de ferme et y passe dix ans de sa vie en tant que producteur autosuffisant. C’est à cette époque qu’il fonde son foyer pour toxicomanes, une organisation à but non lucratif. Après trois ans, alors que l’argent commence à manquer, Karl Müller décide de devenir marchand forain sur les marchés hebdomadaires.

Les débuts de MBT
En Corée, il a découvert les propriétés bienfaisantes du sol argileux. L’écoulement lent de l’eau dans les champs rend le sol souple et élastique, créant une surface sur laquelle il est très agréable de marcher et de se tenir debout. Ces constatations font naître en lui l’idée de MBT, un cadeau du ciel. Il se consacre alors à ses recherches puis développe ce concept en le testant sur lui-même.

En 1997, K. Müller commercialise la première MBT, révolutionnant l’industrie de la chaussure avec sa « semelle déroulante ». Après avoir été copiée par plus de 100 fabricants de chaussures à travers le monde, la MBT n’a aujourd’hui plus à démontrer ses bienfaits thérapeutiques.

kyBoot – la nouvelle génération (de la MBT à kybun)
K. Müller poursuit ensuite ses recherches en vue de reproduire encore plus fidèlement la sensation agréable ressentie dans les rizières. En réalité, la chaussure à semelle souple et élastique aurait dû succéder à la MBT. Toutefois, son partenaire minoritaire souhaitant poursuivre avec les semelles arrondies, c’est d’un commun accord que tous deux décident de séparer leurs chemins en 2006. De la poursuite de son travail naît alors une nouvelle marque, kyBoot. En 2007, K. Müller fonde la kybun AG et se consacre en premier lieu au développement des kyBoot et d’autres produits complémentaires.

Concept de thérapie par le mouvement de kybun
Les kyBoot font partie intégrante du concept kybun de thérapie par le mouvement, auquel contribuent également le tapis rebondissant souple et élastique kyBounder et le tapis roulant élastique kyTrainer.

D’après le journal helvète « SonntagsZeitung », Karl Müller est l’un des entrepreneurs les plus innovants de Suisse ; il écrit l’histoire du design.